2018, des résolutions.

Je ne fais pas systématiquement des résolutions, mais les changements tels que le printemps, la fin de l’année scolaire ou tout simplement d’une année entière me motive pour changer des choses chez moi. Même si ce n’est que : enfin laver mes vitres avant l’été (toi-même tu sais). J’avais publié en 2016 mes résolutions ainsi que ce qui c’était passé avec celle de 2015. Je trouvé l’exercise intéressant et j’ai décidé de le refaire cette année.

La preuve que j’ai suivis des résolutions : voyager, manger des scones (comment ça, c’était pas prévu ?).

En 2016 je voulais donc :

1. Finir le cours d’allemand de Duolinguo et être bien avancée dans celui de vieux norrois dans Memrise.
2. Vraiment profiter du temps qu’il me reste au Pays de Galles pour pratiquer mon anglais sans me prendre la tête.
3. Avancer dans le zéro déchet.

4. Faire baisser ma PAL sous la barre des 100 titres.
5. Marcher, visiter, profiter à fond de mon séjour au Pays de Galles.
6. Me mettre enfin à la phonétique et la phonologie anglaise.
7. Faire un genre de challenge « une photo par jour en 2016 ».

1. Deux ans plus tard je dois bien avouer que je n’ai pas rempli ces deux résolutions ; cependant j’ai toujours l’envie d’apprendre l’allemand et je suis à 62 % du cours proposé sur Duolingo ! Je n’ai jamais été aussi loin sur cette application et en plus je suis plutôt fière de moi car je vois que je fais de petits progrès.
2 & 5.
En 2016 je vivais au Pays de Galles et je pense que j’ai réussi ce que je m’étais conseillée : j’ai profité des cinq derniers mois là-bas pour voyager (Edinburgh, York, Oxford, Holyhead, le village des sœurs Brontë, etc.), améliorer mon anglais, manger des petits déjeuners à Weatherspoon. J’ai aussi pas mal randonné et cela ma manque terriblement à présent.
3. Si 2016 a été une année très riche en changement pour réduire mes déchets, j’en suis à présent plus à un stade où je profite des changements que j’ai plutôt que chercher à encore réduire mes déchets. J’ai une gourde toujours avec moi, des pailles en acier, des éponges réutilisables, je privilégie les courses en vrac et les achats sans emballage, mais je pourrais faire beaucoup mieux. J’en suis cependant à un équilibre qui ne me prend pas beaucoup de temps et me convient. Vous pouvez voir ça sur ici.
4. Challenge remporté ! Si j’avais commencé l’année 2017 avec 90 titres dans ma PAL, je ne me suis pas arrêtée là et à présent elle est à 15 depuis quelques mois. C’est l’une des choses dont je suis la plus contente, je suis tellement moins stressée par cette masse de livres et c’est plus facile pour les déménagements.
6. J’ai essayé de m’y mettre, j’ai lu presque la moitié d’un manuel, commencé à apprendre l’alphabets phonétique, mais je suis tellement barbée par ce sujet que je n’ai pas avancé. Mais à présent il faudrait vraiment que je me m’y mette si je veux réussir des concours de l’enseignement supérieur…
7. Et finalement quelque chose que j’ai réussi à moitié. Je me suis tenue à cette année pendant mes cinq derniers mois au Pays de Galles, et j’en revois le résultat avec plaisir, et le conseillerai si vous partez quelque part pour étudier ou travailler, mais une fois revenue en France je n’avais plus trop envie de le faire et j’ai coupé court à l’aventure.

Un plaisir de 2017, découvrir de vieilles photos de famille. J’aime les ours creepy et les enfants qui font la tête.

Et donc pour 2018, j’ai décidé de me fixer également certains objectifs. J’aime surtout l’idée de les présenter ici pour pouvoir y revenir dans un an ou plus et voir comment ce sont portées mes envies.

1. Finir le cours d’allemand de Duolingo (+ lire un album en Allemand). Je pense que vu comme je suis partie et mes 60 jours consécutifs sur l’application cet objectif est réalisable. Cela ne me rendra pas bilingue, mais me fera bosser la langue tous les jours et ça ne peut pas faire de mal. J’avais lu lors de ma reprise de l’allemand en 2016 un album trop mignon Die neugierige kleine Hexe (La petite sorcière curieuse) et ça m’avait beaucoup plu, je veux réitérer ça cette année.
2. Continuer de travailler sur moi. A mon grand âge, j’ai enfin décidé en 2017 de régler les choses qui faisaient que je n’étais pas heureuse, et je pense que j’ai déjà fait quelques intéressants progrès. Bien sûr c’est à continuer, mais j’ai décidé de me trouver optimiste aujourd’hui et me dire que cela va porter ses fruits.
3. Ne pas me fixer d’objectifs de lecture : en 2017 j’avais décidé d’essayer d’être un peu plus constante dans mes lectures graphiques, mes lectures de nouvelles numériques, etc. et ça m’a vraiment pesé quand je checkais ce que j’avais lu à la fin du mois. J’ai donc décidé d’être à la cool totale cette année.

J’ai quelques autres projets dans ma tête, mais dans l’idée d’avoir une vie privée je ne les présenterais qu’à mon journal qui j’en suis sûre saura rester silencieux sur le sujet.

Publicités

2017, des films.

J’ai vu en 2017 plus de films que je n’ai jamais découvert en un an (aka 77). L’un des facteurs est que j’ai dû regarder une vingtaine de Westerns pour un cours d’agrégation d’anglais, mais aussi que grâce à mon abonnement Netflix j’ai moins hésité à découvrir de nouvelles choses. Alors en avant pour les coups de cœur !

> Hidden Figures (2016): femmes intelligentes et méconnues + astrophysique = une Matilda contente. Je n’ai rien de négatif à relever sur ce film, c’est inspirant, intéressant, et j’aurais bien aimé être astronaute. Ou savoir faire des additions.
•> The Help (2011): ce film a été une révélation. Je pensais simplement l’aimer, mais j’ai complètement craqué. Les thèmes abordés sont passionnants et le traitement ne comporte pas de fausses notes.

•> Blackfish (2013): si on m’avait dit un jour que je pleurais autant devant un documentaire. Centré sur des orques en captivité, on nous montre le point de vue des animaux (autant que faire se peut), des soigneurs, des gérants de parcs aquatiques. C’est poignant et ça m’a donné envie de distribuer des baffes.
•> World War Z (2013): si les trois films précédents m’ont ému et remué, celui-ci est plutôt dans la catégorie bonne rigolade. Ma passion pour les zombies et le post-apocalyptisme a trouvé dans ce long-métrage un divertissement bien fait. Big up pour la scène de fuite à vélo. Ils devraient y penser dans The Walking Dead.

 •> Wonder Woman (2017): J’attendais ce film avec impatience et appréhension, et malgré des portions qui m’ont moins plu, j’ai pu regarder des scènes de combats de plus de 34 secondes sans m’endormir ! La badasserie, l’humour, un si grands nombre d’actrice diverses sur l’écran en même temps, à quand la suite ?
•> Thor: Ragnarok (2017): comme de juste le dernier Avengers m’avait déçu, mais ce nouveau Thor m’a beaucoup plu. J’ai adoré la bande son, l’image, l’humour. Ce n’est pas mon préféré de l’univers, mais j’avais passé un bon moment au cinéma dans une salle presque vide un matin.

 •> Harry Potter and the Order of the Phoenix (2007): après avoir revu les trois premiers Harry Potter que j’aime, j’ai décidé de continuer pour voir si je détestais autant les suivants que dans mon souvenir. Je confirme que le 4 est archi nul, le 6 hyper sexiste et tirant en longueur, mais le 5 m’a extrêmement surprise en bien. C’était bien rythmé, les acteurs jouent beaucoup mieux que dans les précédents, et j’ai trouvé ça beaucoup mieux monté/logique que les autres. Me reste les deux parties du 7 à regarder, en espérant que je n’aurais pas envie de m’enfoncer des cuillères dans les yeux comme pour le 6.
•> Ella Enchanted (2004): est devenu instantanément un film doudou. L’ambiance kitschounette, les effets spéciaux de ta mamie, l’histoire cucul m’ont conquise. Ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais c’est typiquement le genre de film que je veux regarder aux alentours de Noël–Halloween après une journée de devoirs pour la fac. Ça déconnecte le cerveau et c’est bien marrant (l’ambiance m’a fait penser au Dixième Royaume).

J’ai aussi beaucoup aimé quelques uns des westerns que j’ai dû regarder pour mon cours, et voir autant de films anciens m’a donné envie de découvrir plus de classiques et ce même en noir et blanc. Mes préférés ont été entre autre: The Ox-bow Incident (1943) – Stagecoach (La chevauchée fantastique, 1939) – My Darling Clementine (La poursuite infernale, 1946) et Jesse James (1939). Sur ce, j’espère faire autant de chouettes découvertes cette année !

2017, bilan de lectures

C’est la première année depuis que je tiens un blog de lectures et fais des bilans annuels que j’ai si peu de coups de cœur. Cependant en rédigeant je me rends compte que les tires dont je vous parle m’ont vraiment beaucoup plu et que devrais plutôt me souvenir de cela. Je vous ai aussi partagé dix ans de coups de cœur cette année avec l’anniversaire de mon registre de lectures.
J’ai essayé ponctuellement de me mettre des petits challenge, de lire un peu plus, mais cela m’a donné une impression trop forte de contrainte. Alors le maître mot l’année prochaine sera relax max. J’espère que je vous donnerai envie de découvrir ces titres pour une année sans pressionComme d’habitude les titres dont j’ai parlé ici plus en détail sont mis en lien tout au long de l’article. Cette année je vous ajoute le lien vers ma playlist Spotify de 2017. Je l’ai écouté et développé tout au long de l’année et elle correspond à pas mal de ces livres. A vous de découvrir lesquels !

• Il y a bien deux titres auxquels j’ai pensé toute l’année après les avoir relus : Fire et Bitterblue, encore plus qu’à ma première lecture, ces bouquin m’ont passionné. C’est de la fantasy, avec une saveur particulière difficile à décrire et abordant des sujets comme le devoir de mémoire, la vérité et la justice qui m’ont complètement absorbé. Je les relirai c’est sûr.
• Cette année j’ai fini de lire The Lord of the RingsThe Return of the King n’a pas été ma partie préférée, la première l’est toujours, mais j’ai adoré suivre Frodo et Sam jusqu’à bout du bout, retrouver l’écriture exigeante de Tolkien et découvrir des phrase où je ne connais pas cinq mots sur deux. Maintenant j’ai tout un tas d’autres textes sur l’univers à lire.
• J’ai aussi enfin découvert avec plaisir la saga de Christelle Dabos, La passe-miroirJ’ai été séduite par l’univers et l’écriture et le premier volume était pour moi bien parfait. J’ai trouvé plus de choses qui m’embêtaient dans les deux suivants, mais quand la suite sortira je la lirai assurément.

• J’ai continué de découvrir avec plaisir des auteur.es français.es de la deuxième moitié du XXe siècle. J’en aurais parlé de plus, notamment de Joseph Kessel dont j’adore l’écriture, mais franchement son traitement des femmes ça ne va pas du tout. Je vous parlais d’ailleurs de cela après ma lecture des journaux d’André Gide. Seulement j’ai trouvé plus de choses magnifiques pour contrebalancer un peu son sexisme ordinaire ici. Beaucoup de passages sont beaux comme des flocons de neige. Je veux en lire plus.
• J’ai aussi lu pour la première fois du Beauvoir. Ce petit bouquin raconte la mort de sa mère, ce que c’est que de prendre soin d’un parent âgé, et cela m’a émue.

• Parce que je ne peux faire un bilan sans parler de l’époque victorienne, j’ai adoré What Jane Austen Ate and What Charles Dickens Knew. C’est un bouquin parfait si vous aimez l’époque et que vous vous posez toujours pleins de questions en lisant des romans du XIXe : qu’est-ce qu’un squire, qui aurait la précédence à table entre un duc et l’archibishop de Canterbury ? Autant de questions brûlantes qu’il vous faut élucider une bonne fois pour toute.
• J’ai lu pas mal de romances victoriennes et régences pour me reposer le cerveau cette année, et si je déteste quand ces bouquins enjolivent des violences faites aux femmes, j’aime quand c’est tout doux, pleins de froufrous, et bons sentiments. Because of Miss Bridgerton est celui qui m’a le plus plu, fait rire et aussi un peu pleurer je l’avoue. J’ai le cœur mou quand il est question de crinoline et de partie de croquet.

• Lire les écrits millénaires de femmes de cour du Japon féodal est un privilège. J’ai été passionné par les trois journaux de l’époque Heian réunis dans ce petit volume. Découvrir un période historique dont je ne sais rien en plus de lire les mots femmes d’il y a mille ans, parlant de leurs lectures comme moi sur mon blog m’ont conquise.
• Dans un effort d’élargir mon horizon littéraire j’ai lu ce tout petit titre de la littérature Argentine. Le voyage est une histoire qui six mois après l’avoir lu me laisse une impression durable et curieuse. Pourtant il ne passe pas grande chose dans ces quelques cinquante pages, mais l’atmosphère vous reste dans la tête.
• J’ai pas mal relu cette année dont Mes bibliothèques de Varlam Chalamov qui m’a fait pleurer. C’est d’une beauté, d’une justesse, d’une intelligence, d’une douceur. Nom de dieu lisez-moi ça, merci, bisous.

• Et pour finir ce bilan, des titres graphiques. J’ai continué d’être conquise par le trait merveilleux de Kaoru Mori dans Bride Stories, et j’ai vibré au rythme des aventures d’Arte dans l’Italie de la Renaissance. Des histoires de femmes qui se battent pour ce qu’elles veulent, de la peinture, un trait fantastique, que dire de plus ?
• J’ai relu et enfin continué Le voyage de Kuro. Ce manga atypique continue de me séduire et de m’emplir le cœur d’un sentiment douloureux d’émerveillement et de bonheur au fil des ans.
• Il est de bon ton de finir sur une autre relecture. Une belle BD parlant des femmes de l’histoire, de sexisme, mais aussi de combats et d’intelligence. C’est porté sur un ton humoristique et absurde, je l’ai encore plus aimé que la première fois que je l’ai lu en Ecosse et c’est traduit en français.

Sur ce je vous laisse avec mes traditionnelles citations annuelles, Virginia Woolf et ACDC m’ont en effet pas mal aidé en 2017.