Holmes dans la lune

Les lunes des sang La lune noire, Anaïs Cros – 2006 – 2011.

Cela faisait des années que je n’avais pas lu de pastiche holmésien (roman inspiré des aventures de Sherlock Holmes) ; je pense que j’en avais fait une petite overdose à un moment donné. Ce pastiche m’avait tapé dans l’oeil chez Méloë il y a plusieurs années, et puis je n’avais pas tenté jusqu’à ce mois de mai (où j’ai re-regardé toutes les saisons d’Elementary). Ici l’histoire de Holmes et Watson est transposée dans une contrée inconnue, royaume de fantasy où elfes, humains, lunaires et lutins vivent ensemble. Evrahl (Watson) est un guerrier nain venu construire une nouvelle vie (et peut être même fomenter un complot) après la guerre des vingt lunes, et son nouveau colocataire Listak (Holmes), mystérieux agent de la couronne de Mortelune semble lui cacher bien des secrets…

Le début de ma lecture a été assez époustouflant. J’étais bluffée par l’écriture de Cros, la narration d’Evrahl, la construction de son univers et la transposition assez géniale de la mythologie Holmésienne. Une réflexion récente de Sita m’a fait réaliser ce qui m’avait autant plu : l’autrice ne se contente pas de mettre Watson dans la peau d’un nain et Holmes dans celle d’un demi-elfe mystérieux. Elle campe les personnages, leur donne un vécu et explore la façon dont leur vie dans cet univers de fantasy est modifiée. Et elle construit tout autour d’eux un univers riche et différent, qui est imprégné de références holmésiennes, mais qui ne tombent pas comme un cheveux sur la soupe.
La tension des Lunes de Sang est très bien réussie ; on guette sans arrêt le moment où les intentions d’Evrahl seront dévoilés, si son amitié avec Listak en souffrira, et on veut savoir si le complot réussira. Je disais donc que les quelques premières centaines de pages ont été bien chouettes. Je me demandais même comment cette lecture ne pourrait pas être un coup de cœur, la réponse : en finissant le bouquin.
En lisant ce pastiche j’ai découvert à quel point le personnage de Watson tel qu’il est dépeint ici, et dans les oeuvres de Conan Doyle, m’insupporte. Il est n’est pas bien vif d’esprit, légèrement misogyne, et puisque Listak/Holmes est de toute évidence plutôt intelligent, il décide de tout simplement ne plus penser et de laisser ce boulot à Listak. Leur duo semble alors d’autant plus incongru. Evrahl/Watson n’apporte rien à Holmes/Listak en l’accompagnant lors de ses enquêtes, si ce n’est le maniement de la hache et une écoute (trop) pleine de révérence et de ce fait légèrement écœurante. On a compris que tu le kiffait pépère maintenant va fumer ta pipe ou dormir ou manger (des événements chroniqués très régulièrement).

L’intrigue de ce premier volume était tout de même assez rondement menée pour avoir envie de terminer le volume et enchaîner avec la suite (la version numérique que j’avais achetée étant faite d’une telle façon que je n’avais pas compris que La lune noire était en fait un autre volume et pas simplement une partie des Lunes de sang). Clairement je n’aurait pas dû la lire aussitôt après le volume précédent au vu des choses qui m’avaient enquiquiné. Les points positifs déjà relevés s’appliquent toujours, mais d’autres points négatifs sont venus s’ajouter aux précédents. Le même ressort d’intrigue que pour le premier volume est utilisé pour créer la tension du bouquin, et si la première fois cela avait bien fonctionné, là j’ai trouvé cela trop téléphoné et d’une évidence incroyable. Même si j’avoue que la révélation et ses implications étaient tout de même émouvante et fonctionnaient bien avec l’évolution du personnage de Holmes. Je ne suis pas non plus une grande fan des grands méchants psychopathes et des allers et retours entre : allez on va le tuer, oh zut il s’est échappé et rebelote le lendemain.

Il y aurait d’autres choses à relever, mais cela est suffisant je pense pour se faire une idée de ce que j’en ai pensé (cela m’a même demandé deux pages dans mon carnet de lecture !). Lire le troisième volume n’est pas hors de question, mais pas tout de suite c’est certain. Peut-être que ça t’intéressera Cécile.

3 réflexions sur « Holmes dans la lune »

  1. Je les ai dans ma PAL depuis des années. Il me tente à chaque fois que je lis le résumé mais la couverture ne me donne pas envie. Il faut juste que je couvre les livres en fait pour pouvoir commencer. Puis en ce moment, je suis trop déprimée pour lire quelque chose où il y a des points négatifs qui ne sont pas toujours suffisemment compensés par des points positifs.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s