I’ve lost my toy scalpel

• Killjoys, space opera, dispo Netflix (trois saisons, 10 épisodes chacunes).
Après avoir revu Firefly je me sentais toujours d’humeur spatiale et j’ai enfin tenté cette série qui me semblait être un peu kitsch, Syfy fait des trucs un peu louches des fois. Les premiers épisodes correspondaient bien à cette impression, ficelles narratives un peu grossières, l’héroïne type super sexy, super badass et en même temps avec un sombre passé. Mais au fur et à mesure, les personnages secondaires aidant, l’humour, la diversité, les femmes qui ont des rôles variés et l’action m’ont fait changer d’avis. J’ai regardé avec plaisir les deux premières saisons (qui auraient pu se suffire quand même), et je regarderais la suite.
A retenir : c’est plus intéressant et moins kitsch que ça n’en a l’air. Chasseurs de primes dans l’espace, mystérieuse conspiration et (très) joli.es garçons et filles.

♡ The Good Doctor, médical & autisme (une saison, 18 épisodes, renouvelée).
Les prémices : un jeune interne en chirurgie autiste, Shaun, vient d’être accepté dans un hôpital prestigieux. J’étais terriblement curieuse de voir comment Freddie Highmore jouerait son rôle et le syndrome autistique et bon sang de bonsoir c’est l’une des plus belles expériences visuelles que j’ai eu depuis un moment. Je ne suis pas une admiratrice des dramas médicaux, j’ai eu assez de Grey’s Anatomy pour toute une vie, mais ici les intrigues médicales passent au second plan. Ce qui est bluffant c’est le traitement des personnages. C’est sensible, pas facile ou compassé, on a une variété d’individus, pas des stéréotypes. Si un personnage merde, il ne sera pas sauvé par le saint esprit, les actions ont des conséquences. Le rôle de Shaun, la sensibilité du jeu, tout ce que sa personnalité et sa variété d’autisme nous offre sont merveilleux.
A retenir : une série profondément humaine et j’ai envie de le revoir (ça fait une journée que j’ai terminée).

 • Collateral, polar sans polar, dispo Netflix (mini-série, 4 épisodes).
Un livreur de pizza, Abdullah Asif, est assassiné en pleine rue, l’inspectrice Kip Gilespie et son partenaire vont mener l’enquête. Annoncé comme ça cela ne semble pas folichon. Mais si. La mort d’Abdullah est comme un prisme, cristallisant toutes les problématiques qui polluent notre société : le racisme, l’émigration illégale, le journalisme de bas étage, les politiciens sans humanité, et toutes les petites lâchetés qui nous composent. C’est une série déroutante, qui ne cherche pas à vous convaincre de quoi que ce soit, elle vous présente avec un portrait de la société et vous laisse en tirer vos propres conclusions. La bonté, le doute, la confiance, l’entraide, la peur, la méfiance, toutes ces émotions, la priorité que les personnages leur donnent nous apprennent quelque chose.
A retenir : une fresque qui n’offre pas de réponses magiques mais une perspective peut-être.

J’ai aussi vu la première saison de The Alienist dernièrement, c’était pas mal, mais les séries trop noires ne sont décidément plus ma tasse de thé. Et dans le genre sucré voir sirupeux, Un soupçon de magie (Good Witch) est parfait pour se vider l’esprit et se concentrer sur des problèmes futilement terribles. Pratique aussi en fond sonore quand on fait une frise chronologique sur l’abolition de l’esclavage aux Etats-Unis.

De la science-fiction, une série médicale, un polar qui n’en est pas un, il y en a pour tout le monde. Qu’allez-vous choisir ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s