She looked like the human representation of a comfortable settee

Comme d’habitude les vacances sont vite passées, et pour une fois je ne sais pas si je le regrette. J’ai l’impression d’avoir bien occupé mon temps, d’avoir mêlé repos, travail, lectures et j’ai envie de recommencer la fac. Bien sûr je suis terriblement anxieuse à propos de cette année de master, et ce ne sont pas les profs qui le jour de la réunion de rentrée vous rassuraient (« Alors il faudra lire, et lire, et lire, et lire… et si vous pouvez prendre trente cours en option pour avoir plus de lectures à faire ce serait bien aussi, enfin ce serait un minimum »). Par contre pour la première fois depuis que j’étudie, j’ai un studio à moi, que j’ai décoré comme je le voulais, qui est calme et je n’ai pas besoin de partager cuisine, salle de bain et autre avec trente personnes. J’ai même le bureau parfait, dont la longueur et la profondeur ont été calculé en fonction du nombre de dicos que je peux y laisser en même temps que d’y avoir mon ordi et mes notes.

Avant donc que les cours ne recommencent la semaine prochaine, j’ai fait quelques lectures et je vais vous en parler avant d’être submergée par le travail.

1

Dés que j’ai voulu que Gail Carriger avait sorti une novella dans l’univers du Protectorat de l’ombrelle et de Finishing school, je me l’a suis procurée et j’ai bien fait parce que j’ai adoré ! Poison or protect se déroule presque entièrement pendant une house party. Preshea a étudié à la célèbre finishing school préparant les demoiselles a devenir de parfaites assassins et à présent qu’elle en a terminé de tuer des gens, elle se voit confier une nouvelle mission. De l’autre côté du ring un ancien soldat écossais qui aime manger des amuses-bouches et qui est intrigué par ce petit bout de femme à la réputation si sombre.
J’ai beaucoup aimé retrouver l’écriture de Carriger dans le cadre de son époque victorienne alternative. Elle se joue à la perfection des codes sociaux, est spirituelle et prépare toute simplement une intrigue super chouette qui nous permet de rencontrer deux personnages que j’ai beaucoup aimé. Sur un peu moins de cent trente pages, on suit Preshea et Gavin dans le cadre de cette house party, et on voit la romance se développer ni trop lentement ni trop rapidement.
Par contre j’ai été un peu moins fan des scènes de sexes que j’ai trouvé à la fois assez bizarrement peu explicites et trop crues. De plus j’ai trouvé qu’elles prenaient pas mal de place pour pas grand chose. Cependant je lirai avec plaisir les autres novellas de la série et aurais adoré suivre Preshea et Gavin dans d’autres aventures.

Alors même que ma PAL est bien remplie par ces Little Black Classics, ce n’est que le deuxième que je lis. Of street piemen est un petit bouquin qui regroupe six ou sept essais de Mayhew. A l’époque victorienne Mayhew était le correspondant d’un journal auquel il fournissait des portraits des pauvres et de la classes ouvrières de Londres. De façon nouvelle pour l’époque il allait rencontrer directement ses sujets, les citait abondamment et les accompagnait chez eux pour se rendre compte de ce qu’était réellement leur vie. Accompagné de chiffres et d’explications détaillées on peut découvrir dans ce bouquin tout un tas d’informations fascinantes sur des côtés de la société victorienne. C’est sûr que si vous n’êtes pas un.e afficionado de l’époque, ça peut sembler futile et trop explicatif, mais j’ai adoré toutes ces précisions ! Mayhew a une écriture vraiment très agréable et quand il décrit la sensation de participer à une voyage en ballon au dessus de Londres, c’est tout simplement magique.
Maintenant je veux lire tous les autres essais dans London labour and the London poor.

2

En passant par la bibliothèque pour renouveler mon abonnement je suis tombée sur le premier volume de Cesare. Je n’ai pas beaucoup lu de BD et manga cette année donc j’ai eu envie de me rattraper. D’autant que j’avais déjà entendu beaucoup de bien de cette série. Cela se passe à Pise à la Renaissance et l’on suit Cesare Borgia ainsi qu’une foultitude d’autres personnages. J’ai été séduite par ce premier bouquin, les illustrations sont très chouettes, et l’histoire tout simplement fascinante. Je ne connais pas grande chose à l’histoire Italienne en dehors de la peinture, alors j’ai été ravi de la découvrir ici et si bien expliquée ! Ce n’est ni trop lourd, ni trop brouillon. J’ai particulièrement aimé voir comment les cours se passaient à l’université de Pise, c’est passionnant de voir à quel point cela est différent de maintenant.
Je lirai la suite avec grand plaisir dés que je n’aurais pas la flemme d’aller marcher jusqu’à la bibli. pour la chercher.

Et pour finir aujourd’hui je voulais vous parler du beau livre Danger! Women artists at work. Ce superbe bouquin regroupe les œuvres d’artistes femmes depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. Peintres, sculptrices, illustratrices, performeuses, etc. toutes sont présentées et les reproductions sont magnifiques. C’est idéal à mon avis si vous voulez découvrir des peintres et vous rendre compte à quel point l’histoire de l’art conventionnelle les passe sous silence et les collections des musées ne les mettent pas en valeur. Ce n’est pas trop long ou laborieux à lire puisque c’est découpé en quatre grandes parties et que chaque artistes se voit allouer une page, une petite bio avec une analyse de l’oeuvre présentée.
Si vous préférez un bouquin en français j’ai repéré celui-là, mais il est beaucoup plus jargonneux.

En bref j’ai aussi beaucoup aimé cette nouvelle de science-fiction des années 50, et j’ai regardé Captain american: civil war et Pride and prejudice and zombies. Bonne rentrée à tou.tes !

Publicités

6 réflexions sur “She looked like the human representation of a comfortable settee

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s