Quatre mois au Pays de Galles

J’ai été plutôt avare sur mon expérience au Pays de Galles côté articles. Je voudrais pourtant tenter d’en parler un peu ici maintenant que je suis rentrée en France pour les vacances de noël. Cela me semble le bon moment pour avoir une vision d’ensemble sur ces quatre premiers mois. Pour ceux-celles qui l’ignorent, j’ai terminé ma licence d’anglais en juin dernier et au lieu d’aller en Master directement j’a pris une année de hiatus pour être assistante de français en Grande-Bretagne. Le but est simple, améliorer mon anglais oral et acquérir de l’expérience dans l’enseignement. Ne nous le cachons pas, c’est aussi hyper cool d’avoir un an de vacances dans un pays qu’on adore depuis des années.

J’en avais déjà parlé sur l’ancien blog, mais l’un des trucs les plus importants que j’ai compris en vivant au Pays de Galles et en parlant anglais tous les jours, c’est que j’ai autant besoin de parler français. De m’amuser avec la langue, de faire des jeux de mots et de sentir une communion de langage avec quelqu’un. Je rêve d’un environnement parfaitement bilingue où l’on pourrait passer d’une langue à l’autre sans soucis et où ne pas trouver ses mots dans une langue ou l’autre ne serait pas un problème puisqu’on pourrait s’expliquer dans un sorte de pidgin.
J’ai aussi appris à dédramatiser ce qui jusqu’alors me semblait alors une tare inqualifiable. Quand on est en fac de langue, ce qu’on vous présente comme le but ultime c’est de parler de façon courante avec un accent parfait de natif. D’être dans un environnement avec plusieurs personnes bilingues, quelque soit leur leur langue de départ (allemand, chinois, gallois, espagnol), on se rend compte que ce qui importe c’est de pouvoir communiquer et qu’il est toujours possible de s’améliorer. Ça m’a d’ailleurs donné encore plus envie d’apprendre d’autres langues plutôt que d’attendre l’hypothétique moment où mon anglais serait parfait à mon goût pour le faire.

Conwy
Conwy

Cela fait plusieurs années que j’ai l’habitude d’étudier loin de chez moi et d’habiter dans une autre ville que la mienne, seulement jamais je n’étais restée aussi longtemps sans rentrer. Quatre mois peuvent sembler un court laps de temps, mais quand tu vis dans un autre pays et que tu ne peux parler à ta famille qu’avec Skype une fois par semaine, cela a tendance a sembler plus long. Pour autant je trouve que c’est une expérience qui me permet et va me permettre de grandir. J’ai beau avoir l’âge canonique de 25 ans, c’est assez compliqué pour moi de me penser « adulte » et d’imaginer réellement vivre ailleurs que chez mes parents à long terme. Se créer un nouveau nid, un nouvel endroit à appeler chez soi n’est pas évident, mais il faut bien passer par là.
Si j’ai un peu le mal du pays, je trouve en même temps que la vie au Pays de Galles est vraiment agréable. Je n’aime pas faire de généralisation débile en mettant des contrées en compétition, il me faut bien avouer que la relations aux autres est différentes là-bas. Que vous soyez en train de randonner en haut d’une montagne, chez Lidle, ou dans la rue presque tout le monde va vous sourire, vous dire bonjour ou commencer une petite conversation à coup de « how are you love? » et etc. J’ai pu voir que c’était différent dans certaines grandes villes comme Londres, mais quand vous êtes dans un endroit à taille plus humaine, c’est étrange de se dire que ce n’est pas louche de sourire aux gens dans la rue et ça fait du bien. Je sens que cela va manquer quand mon année sera terminée, mais je vous préviens j’ai commencé à être aimable avec des inconnu-es moi aussi en France, la révolution est en marche.

Enseigner à Poudlard a ses avantages
Enseigner à Poudlard a certains avantages

Un autre pendant important à cette expérience, est l’enseignement. Cela fait plusieurs années que je donne des cours particuliers, mais je n’avais jamais à aller travailler tous les jours, avec les mêmes classes, à faire des plans de cours pour remplacer un prof ou m’investir dans la vie du département où j’enseigne. Il devient alors un peu plus compliqué de dédramatiser quand on doit faire face à des élèves désagréables, insolents tous les jours et surtout passer à des âges si différents que la deuxième année de primaire à la terminale. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être prof. Et si devoir donner des cours à des élèves compliqués il y a quelques années n’avaient pas freiné cette envie, je dois bien avouer que cette année me fait réfléchir. Je dois bien sûr prendre en compte que je n’ai pas le statut de prof dans mes classes et que forcément le rapport n’est pas le même avec mes élèves, mais c’est tout de même compliqué parfois.
Je suis cependant toujours aussi passionnée par le côte apprentissage et passage de savoirs. J’apprends comment présenter des choses, comment jongler entre enseigner et être une jeune adulte normale qui va rire à une blague d’élève, et comment se lancer dans le grand bain de gérer des classes toute seule. Depuis que j’avais commencé l’université, mon envie d’être prof en lycée et collège s’était mué en l’envie d’être enseignant-chercheur en fac. Mais être en contact d’élèves plus jeunes, voir l’importance de l’implantation tôt d’automatismes, de mécanismes d’apprentissage semble changer la donne et me redonne envie d’enseigner dans le secondaire.

Petit Orme - Penrhyn Bay (Ce n'est pas un endroit dégueu pour prendre des phoques en photo)
Petit Orme – Penrhyn Bay (Ce n’est pas un endroit dégueu pour prendre des phoques en photo)

Je n’ai pas trop parlé d’un énorme point positif de cette année dans cet article, et c’est de pouvoir visiter des tas de trucs trop chouettes. Vivre dans un endroit aussi magnifique que le Nord du Pays de Galles est un énorme cadeau. La petite marche du dimanche prend une autre dimension quand il s’agit d’aller au bord de la mer en cinq minutes, de voir des phoques sauvages, de grimper une ou deux montagnes ou de faire les boutiques à Llandudno. J’ai plus exploré le coin où j’habite pendant cette première partie de mon séjour (Conwy, Llandudno, Anglesey, Bangor, Caernarfon ou même Chester), mais j’ai tout de même pointé le bout de mon nez à Birmingham et Londres. J’ai prévu de plus bouger pour les cinq prochains mois et surtout d’aller en Ecosse, à York, Bath, Dartmoor et peut-être même à Dublin, puisque prendre le ferry pour s’y rendre est chose facile quand on habite pas loin de Holyhead.
Cette parenthèse française pour les vacances était la bienvenue, mais en même temps ne semble pas si réelle quand je sais que dans moins de deux semaines je serais de retour là-bas. En attendant je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes et n’hésitez pas à me poser des questions sur la région, l’assistanat ou ce qui vous passe par la tête.

Publicités

4 réflexions sur “Quatre mois au Pays de Galles

  1. Punaise que ca semble beau comme endroit !
    Tu vas sortir grandie de cette expérience aussi bien sur le plan professionnel que personnel 🙂
    Profite bien de tes congés d’hiver avant de repartir à la conquête de contrées galloises o/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s